La Banque de France : révision à la hausse de ses prévisions

La Banque de France révise à la hausse sa prévision de croissance pour 2023, passant de 0,7% à 0,9%. Cela est principalement en raison d’un deuxième trimestre meilleur que prévu (+0,5%). Cela aligne ses projections sur celles de l’Insee et se rapproche des prévisions du gouvernement (1% de croissance en 2023). Cependant, pour 2024 et 2025, la Banque de France révise à la baisse ses prévisions en raison de la hausse des prix de l’énergie et d’une demande mondiale en baisse pour la France. La croissance sera principalement soutenue par la consommation des ménages et l’investissement des entreprises, avec un ralentissement de l’inflation.

Une inflation en recul graduel

L’inflation a augmenté en août en raison de la hausse des prix de l’énergie, mais la Banque de France prévoit une hausse temporaire. Elle anticipe toujours un ralentissement de l’augmentation des prix, avec une prévision de 4,5 % d’inflation à la fin de 2023, par rapport à 7 % au premier trimestre. En moyenne pour l’année, l’inflation atteindrait donc 5,8 %, tandis que l’inflation hors énergie et alimentation serait de 4,2 %.

A lire en complément : Vêtement de travail personnalisé : bien choisir la technique de personnalisation qui avantage votre entreprise

Concernant l’inflation alimentaire, une poursuite de la décélération des prix jusqu’à la fin de l’année est prévue, sans toutefois anticiper des baisses significatives. Selon la Banque de France, la reprise des négociations commerciales entre les distributeurs et les industriels cet été n’a eu aucun impact notable ? De plus, l’institution exclut toute influence à la baisse potentielle des futures négociations à ce stade.

Portés par les augmentations salariales, notamment celles du Smic, les coûts des services continueraient d’augmenter jusqu’à la fin de 2023, mais ralentiraient ensuite. L’année prochaine, le secteur tertiaire jouerait un rôle important dans la hausse de l’inflation. Celle-ci baisserait nettement à une moyenne annuelle de 2,2%. En 2025, elle passerait même en dessous de la barre des 2%, s’établissant à 1,6%. Vous pouvez consultez le site d’origine pour d’autres articles similaires.

Avez-vous vu cela : Quels sont les avantages du transport aérien dans l’import-export ?

La convergence des salaires et de l’inflation prévue en 2024

En 2023, la Banque de France estime que les salaires, y compris les primes, augmenteront de 5,1%. Cela reste inférieur au taux d’inflation. Cependant, cette tendance s’inversera en 2024, avec une augmentation des salaires de 4,2% dépassant celle de l’inflation. Cette tendance se poursuivra en 2025, avec une augmentation des salaires de 3,3%.

L’institution monétaire met en évidence que le décalage actuel entre l’augmentation des prix et celle des salaires résulte de deux facteurs principaux :

  • Il est lié au caractère annuel des négociations salariales, où les ajustements des rémunérations sont décidés une fois par an. 
  • De plus, ce décalage est accentué par l’indexation différée du salaire minimum (Smic). 

Cela signifie que les ajustements du Smic ne sont pas immédiats et peuvent prendre du temps pour refléter les évolutions récentes des prix. Cette situation peut créer un défi pour les travailleurs. Leurs revenus peuvent ne pas suivre immédiatement l’augmentation du coût de la vie.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut